Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Sep

Le livre explosif qui n'aurait pas été possible sans Facebook

Publié par Pierre Chappaz  - Catégories :  #Libres, #libéralisme, #facebook

Le livre explosif qui n'aurait pas été possible sans Facebook

Je viens de terminer un livre dont je vous recommande chaudement la lecture.

Son titre: Libres! 11,40 euros sur Amazon.

Ce livre n'aurait pas été possible sans Facebook. Les deux inspirateurs, Ulrich Génisson et Stéphane Geyres, ont utilisé brillamment le réseau social pour réunir 100 auteurs (!) dans le même livre. Connus (Serge Schweitzer, Henri Lepage, Jacques de Guénin, Damien Theillier, Thierry Aschrift, Pascal Salin, Philippe Simonnot, Pierre Lemieux, Jean-Louis Caccomo, Vincent Bénard, Bertrand Lemennicier, ...) ou inconnus, ces 100 auteurs ont chacun apporté leur point de vue, en 2 pages chacun, sur un sujet explosif: la Liberté.

Ulrich, que j'ai un peu connu il y a bien des années quand j'habitais comme lui dans le petit village de Larchant au Sud de Paris, m'a proposé de participer à l'ouvrage. J'ai hésité, et décliné la proposition. C'était avant que je décide de m'engager en politique aux récentes législatives. Je sais aujourd'hui que j'ai eu tort, j'aurais été fier de participer à cette renaissance de la pensée libérale qui s'effectue par la base!

(Ulrich si tu fais un jour un tome 2 tu peux compter sur moi)

Ce livre est tellement bourré d'intelligence que je voudrais vous en citer des dizaines d'extraits. En voici quelques-uns, j'y reviendrai ultérieurement sur ce blog.

Les étiquettes politiques - royaliste, communiste, populiste, fasciste, socialiste - ne sont pas pertinentes. Le genre humain se divise politiquement entre ceux qui veulent contrôler la vie des autres, et ceux qui n'éprouvent pas ce besoin.

Robert A Heinlein cité par Christian Michel in Libres llll

Nous savons depuis Orwell que les mots peuvent être trafiqués pour devenir des armes contre l'esprit. Voyez l'emploi du terme "exclusion" à la place de "misère" : par la substitution d'un action à une situation, la pauvreté est attribuée à quelque méchant, et l'"exclu" n'a plus qu'à suivre ceux qui le transforment en fantassin.

Pascal Titeux in Libres llll

La fraternité est spontanée, ou n'est pas. La décréter, c'est l'anéantir.

Frédéric Bastiat cité par Patrick de Casanove in Libres llll

Si la France avait connu la même croissance que les Etats-Unis, sur la période 1980-2010, son PIB serait de 43% supérieur à ce qu'il est aujourd'hui. Sur la même période, si elle avait connu la croissance de la Corée du Sud ou de Singapour, son PIB serait de 153% et 571% supérieur, respectivement.

Pour avoir de tels taux de croissance, les Français auraient dû choisir de ne pas consacrer en moyenne, 52% aux dépenses étatiques mais plutôt 38%, 19% ou 18% comme les Etats-Unis, la Corée du Sud ou Singapour.

Philippe Lacoude in Libres llll

Par rejet de la démocratie directe, surenchère démagogique, refus de la transparence, le politicien professionnel se voit en sauveur, infantilisant les individus, limitant leurs choix, multipliant les interdits au nom de la sécurité ou de la volonté générale dont il se croit l'interprête.

Alain Toullec in Libres llll

Démocratie directe ... à l'heure de l'Internet on devrait pouvoir consulter les gens, vous ne croyez pas?

A Genêve, ou j'habite, les citoyens votent très souvent sur toutes sortes de sujets, lors de referendums d'initiative populaire. Cela permet de régler beaucoup de problèmes sans conflit, c'est le peuple qui décide directement.

Ce qui attire cette remarque humoristique du penseur libertarien Hans-Hermann Hoppe:

Le système politique suisse, c'est du communisme puisque le peuple a le dernier mot.

Hans-Hermann Hoppe cité par Emmanuel Garessus in Libres lll

Loin d'être le lieu d'une exploitation des plus pauvres, le marché apparaît comme une institution qui autorise les modes de coopération civile et d'innovation nécessaires pour qu'une communauté sorte de la pauvreté de façon organique et fiable.

Bruno Levy in Libres llll

Le libéralisme est une philosophie politique qui se propose de défendre la liberté comme la fin sociale la plus noble à atteindre.

Damien Theillier in Libres llll

Le libéralisme n'est pas, pour le fort, la liberté de faire n'importe quoi au détriment du faible. Le libéralisme, c'est la protection du faible contre les exactions du fort. Vouloir qu'un individu soit libre, c'est s'interdire d'obtenir quoi que ce soit de lui par la coercition, et a fortiori par la violence. Si le libéral veut rallier quelqu'un à ses idées, il n'utilise pas d'autres moyens que l'exemple ou la discussion. S'il veut obtenir d'un autre un bien ou une prestation quelconque, il ne procède que par un échange librement consenti.

Jacques de Guenin in Libres llll

Les politiciens s'appuyent sur les lobbyistes, les syndicats et autres groupes de pression pour décider comment dépenser l'argent des autres. Au contraire, les entrepreneurs décident de dépenser leur propre argent et sont guidés par les perspectives de profits et de pertes.

Politiciens ou entrepreneurs? Quel groupe va donc travailler le plus dur et innover pour investir dans ce qui fonctionne?

Véronique de Rugy in Libres llll

Aboutissant à l'instauration lente mais pernicieuse de "l'Etat nounou", l'Etat venant au secours de chacun aux dépens de tout le monde provoque désormais la faillite d'un système profondément injuste et immoral.

Le libéralisme n'est ni de droite ni de gauche, ni du centre, ni des "extrèmes". La liberté n'est pas une affaire de clans ni de partis. Le libéralisme n'aspire qu'à redonner à chacun de nous les commandes sur le cours de sa vie.

Ulrich Génisson et Stéphane Geyres in Libres llll