Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 Nov

Le Libéralisme, c'est quoi en vérité ?

Publié par Pierre Chappaz  - Catégories :  #Libéralisme, #Suisse

Je cherchais depuis un moment un exposé clair et concis sur la Philosophie du Libéralisme, je l'ai trouvé sur le site de l'Institut Libéral. Le voici:

Le libéralisme se fonde sur la primauté de la personne, de ses objectifs et de ses aspirations. Le scepticisme envers le pouvoir et la contrainte et donc envers l'État fait donc partie des préconditions d'une société libre. C'est également d'où elle tire sa vigueur.

Les libertés fondamentales sous-jacentes à un ordre libéral ne peuvent être relativisées sans mettre en péril la dignité de la personne. C'est pourquoi elles méritent notre attention particulière et notre engagement. Les bases d'un ordre libéral peuvent être décrites par les trois principes suivants.

La personne responsable

Un ordre libéral se caractérise par l'autonomie personnelle. Là où la contrainte a échoué, l'autonomie et les interactions sociales volontaires doivent reprendre le dessus. La responsabilité personnelle peut remplacer la force et la réglementation à travers un processus de désengagement de structures étatiques qui traduisent souvent de bonnes intentions, mais dont les incitations et les résultats sont pénalisants. La personne responsable qui mène sa vie de façon autonome, en échange avec les autres, est tant le point de départ que la finalité d'une société libre.

La coopération contractuelle et décentralisée

La liberté et l'autonomie de la personne ne conduisent pas à l'isolation, mais à la coopération au sein de la société civile et de l'économie de marché. L'indépendance se manifeste à travers des réseaux volontaires et contractuels. Là où prévalaient des structures centralisées, des entités locales pluralistes doivent encourager la concurrence. La centralisation politique représente un danger pour la liberté et l'autonomie de la personne. Un ordre libéral doit avoir le courage et la tolérance d'admettre la responsabilité personnelle, l'autonomie privée et la diversité qui en découle. En plus de la variété d'arrangements contractuels, la diversité de petites entités politiques ouvertes est essentielle.

La solidarité volontaire

La liberté est nécessaire à une coopération et à une solidarité efficaces. La contrainte centralisée de «l'État social» doit laisser la place à l'entraide mutuelle spontanée et organisée, au sein de la société civile et de l'économie de marché. L'échange libre entre aidants et aidés correspond à la réalité d'une société civile dynamique. Lorsque la contrainte remplace la solidarité, l'harmonie entre personnes responsables est détruite.

Ces trois principes — la personne responsable, la coopération contractuelle et décentralisée, ainsi que la solidarité volontaire — représentent les grandes lignes directrices d'un ordre libéral.