Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 Sep

La bombe suisse

Publié par Pierre Chappaz  - Catégories :  #Banques centrales, #suisse, #euro, #franc suisse

Depuis 1 an, pour enrayer la hausse de sa monnaie considérée comme une valeur refuge, la banque centrale suisse (BNS) a fixé un cours maximal pour le franc suisse face à l'euro: 1 euro = 1,20 franc suisse. Pour cela, elle procède à des achats d'euros "illimités", placés le plus souvent en obligations d'Etat allemandes et françaises.

La BNS a ainsi augmenté de manière considérable ses réserves de change, qui dépassent désormais les 400 milliards de francs (chf).

La bombe suisse

Tant que cette stratégie fonctionne, il n'y a pas trop de problème, la BNS fait tourner la planche à billets, pour l'instant sans conséquences inflationnistes notables.

Mais que va-t-il se passer dans les mois qui viennent? il est probable que les achats d'euros vont continuer, et faire monter encore les réserves, jusqu'à quel niveau? 1000 milliards?

Imaginez alors que la crise de l'euro s'aggrave, et provoque une baisse brutale de la monnaie européenne, au point que les digues de la BNS viennent à craquer.

L'euro pourrait baisser jusqu'à valoir 0,9 franc suisse (il avait déja touché le seuil de 1,04 chf l'été dernier, avant l'intervention de la BNS).

Dans un tel scenario, la banque centrale suisse se retrouverait avec une perte de plus de 300 milliards!

300 milliards, c'est le niveau du PNB du pays. Un trou égal à la production nationale suisse pendant un an...

Ce scenario peut ne pas se produire, l'euro peut monter au lieu de baisser ... et il y a bien d'autres facteurs de risques dans le grand jeu des banques centrales internationales... mais tout de même, la politique de la BNS est une sacrée bombe!

PS: Ce qui est amusant dans l'histoire, c'est que la BNS quand elle vend des francs suisses, achète des obligations en euros de l'Allemagne et de la France ... vous savez maintenant pourquoi la France paye des taux d'intérêt faibles malgré sa situation économique difficile. Elle peut remercier la Banque Nationale Suisse!